Tenu des stocks

strict warning: Only variables should be passed by reference in /var/www/drupal/modules/book/book.module on line 559.
Les stocks sont souvent considérés comme une plaie dans notre société ou le juste-à-temps est passé dans les mœurs. Ils restent souvent un mal partiellement nécessaire. On trouve des stocks tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Ils demandent d’être suivis pour savoir quand et comment les réapprovisionner. Finalement, leur niveau est souvent considéré comme un bon indicateur de la santé d’une entreprise.

Où sont les stocks

Il existe plusieurs types de stock ou inventaire dans la chaîne de production d’un produit :



1) Stock de matière première
2) Stock intermédiaire en fabrication
3) Stock de produit fini
4) Stock de distribution
5) Stock en point de vente

Le produit fini des uns est la matière première des autres. Par exemple, un fabricant de bouteilles de bière approvisionnera avec ses produits finis une brasserie pour laquelle il s’agira de matière première.

Les entreprises primaires (fonderie, scierie, aciérie, raffinerie, cimenterie, entreprise de process) ont souvent une gestion en flux continu qui n’utilise pas les méthodes classiques de gestion de stock.

Les liens de type 3-1 sont souvent désastreux pour les coûts. En effet, le fournisseur stock des produits pour répondre rapidement aux demandes de ses clients. Ceux-ci stockent aussi des produits pour pallier des délais trop importants du fournisseur. On a donc un dédoublement des services de sécurité avec une augmentation importante des coûts. Pour éviter cela, on peut utiliser des stocks de consignations.

La distribution des produits vers le client final se fait souvent via un réseau de distribution qui utilise des entrepôts (les stocks de type 4 et 4’). Il se peut qu’il y ait plusieurs entrepôts successifs : on parle de chaine logistique de distribution à plusieurs échelons. Par exemple, un grand constructeur de matériel électronique peut fabriquer en Asie (Chine et Taiwan par exemple) et gérer un niveau d’entrepôts principaux par continent, puis un entrepôt secondaire par pays. Cela n’empêchera pas les détaillants d’avoir leur propre inventaire (niveau 5) proche des clients.

Suivi des stocks

Avant de gérer les stocks, il faut mettre en place des systèmes informatisés ou non pour connaître le niveau d’inventaire. On distingue 3 types de systèmes permettant de connaître le niveau d’un stock :

  • Systèmes visuels
  • Systèmes papier
  • Systèmes informatiques

Dans le système visuel, les contenants (caisses, boites, emplacements, etc.) sont spécifiques à un type de produit, et du premier coût d’œil, on peut savoir où on en est.



Dans ces deux cas, les produits sont théoriquement consommés caisse par caisse ou boite par boite, et il est très facile de voir la quantité restante. Les avantages de ces systèmes sont un très faible coût d’opération et une information disponible immédiatement par simple regard. Les inconvénients sont une mesure approximative (à la caisse près), une information non disponible à distance (il faut voir pour savoir) et un encombrement physique égal au stock maximal (il n’y a aucune mutualisation d’emplacement).

La tenue des stocks sur papier ou sur informatique demande de saisir toutes les informations d’entrée ou sortie de stock. Cela demande donc un mécanisme physique pour que seules les personnes autorisées à réaliser ces transactions soient autorisées à toucher au stock. On parle donc d’une barrière physique (entrepôts fermés) et de procédures pour éviter les erreurs. Évidement, ces saisies ont un coût.

On dispose cependant d’outils très efficaces pour baisser les coûts, en particulier les pistolets à lecture de codes à barre liés à des ordinateurs mobiles pour autre informatique mobile.



Le mécanisme d’entrée en stock se fait avec un ordinateur mobile, couplé à un pistolet de lecture.

Exemples

http://www.codesbarres.com/
http://www.contrinfor.com/Codebarre.htm
http://www.motorola.com/Business/FR-FR/Business+Product+and+Services/Bar...

De plus en plus, on parle d’utiliser les puces RFID pour mettre à jour automatiquement tous les inventaires en fonction des entrées sorties identifiées.

Lorsque les produits arrivent par lot, il peut être important d’assurer la sortie des stocks en FIFO et l’identification du numéro de lot pour plusieurs raison :

  • Assurer que tous les produits d’un lot soient fabriqués avec des composants eux-mêmes issus d’un même lot, et assurer par là une certaine homogénéité,
  • Assurer la traçabilité et pouvoir remonter ultérieurement d’un défaut observé à tous les produits réalisés avec le même lot de composant,
  • Assurer la consommation régulière et donc éviter le vieillissement des produits


Inventaires

La tenue de stock sur papier ou informatique pose le problème de la cohérence entre l’information mémorisée et la réalité de l’inventaire. Cette cohérence est assurée de manière continue par le suivi et le contrôle des entrées/sorties en stock, et de manière calendaire par les inventaires.