Problèmes induits par une mauvaise utilisation du "LEAD TIME"



Depuis qu’elle utilise un logiciel de type MRP, une entreprise fabriquant des culasses d’obus a d’énormes problèmes de retards en fabrication. Tous les ordres de fabrication sont en retard. Elle demande à un stagiaire de regarder pourquoi le logiciel fonctionne si mal. Le stagiaire fait l’historique de l’installation du logiciel :
  • L’entreprise avait engagé un stagiaire pour paramétrer le logiciel et rentrer les données.
  • Le stagiaire a codifié les machines(essentiellement des presses de frappe à froid et une ligne de traitement de surface), a rentré les articles, les gammes et les opérations.
  • Ensuite, pour chaque produit, le stagiaire a calculé le lead time du fichier produit comme étant la somme de tous les processing times des opérations, multiplié par la taille moyenne du lot, multiplié par un coefficient de marge (pour tenir compte des attentes).

[math]LT_i=TL_i \times K\times \displaystyle\sum_{opérations} p_{i,opérations}[/math]

LTi: Lead time du produit i

Pi,opération: Processing time du produit i pour chaque « opération »
TLi: Taille moyen des lots fait pour le produit i
K: Constante prise autour de 3

  • Plus tard, l’entreprise décide de paramétrer le module calcul des besoins et s’interroge sur les tailles de lot.

Ce process demande énormément de réglage puisque la fabrication d’une culasse d’obus se fait de la manière suivante :


Il peut y avoir jusqu’à 7 frappes successives, utilisant des moules différents, entre lesquelles les pièces doivent être dégraissées et « savonnée » (phosphatation) sur des lignes de traitement de surface. Lorsque l’entreprise a décidé de recalculer les tailles de lots, elle a pris en compte les temps de réglages pour chaque opération et a décidé d’utiliser le coût machine comme coût du temps d’immobilisation des machines. Les coûts de réglages ont augmenté et donc la taille des lots aussi. Comme résultat, le temps total d’usinage, sans aucune pause, se trouvait être supérieur au lead time. Donc le logiciel programmait systématiquement la production en retard.